PRÊTE A PARLER : Ma contraception

Contraception : Ensemble des moyens employés pour rendre les rapports sexuels inféconds.

De toute ma vie, toutes les femmes que j’ai pu rencontrer, la majorité a changé plusieurs fois de moyens contraceptifs. Capote, pilule, stérilet, implant, anneau et j’en passe. Et toutes, sans exception, étaient mal informées, moi y compris. Cet article ne concerne pas les violences gynécologiques dont je vous parle ici, mais il en fera part inévitablement.

J’ai commencé à avoir une vie sexuelle active au lycée et au départ, la capote était primordial. Puis vint la fameuse peur d’avoir un accident et à l’époque, j’étais en couple et follement amoureuse. Vous savez ce que c’est, le premier amour et ses premiers émois, toute sa beauté et la souffrance qui va avec.
J’ai donc commencé la pilule vers mes 16 ans. Pourquoi la pilule ? On m’avait parlé de l’implant mais il était hors de questions que je me mette quoique ce soit dans le bras et étant jeune, on ne m’a pas proposé autre chose. J’avais une pilule de première génération et heureusement aucun effet secondaire. Malheureusement, mon copain m’a trompé puis quitté mais ça, c’est une autre histoire… et quelques mois plus tard, n’ayant pas de relation, j’ai décidé que la prise de la pilule pouvait attendre. J’étais et je suis, très proche de ma mère et j’ai pu parler de tout ça librement et sereinement avec elle. (D’ailleurs, si toi qui me lis, tu n’as pas une relation avec tes parents qui te permet de parler de contraception ou de sexualité librement, n’hésites pas à m’écrire, bien que je ne sois pas médecin, je t’aiderai avec plaisir à résoudre certaines questions ou à t’orienter vers des personnes plus compétentes et de confiance.)

Après, mon bac, j’ai emménagé à Paris, j’ai trouvé une gynécologue via mon médecin et je lui ai fait part de mon envie de reprendre la pilule ou du moins une contraception. J’étais de nouveau dans une relation et on avait discuté de ne plus utiliser la capote. Elle m’a prescrit une pilule, en me disant qu’elle m’irait et calmerait mon acné. Hors, je n’avais pas d’acné. J’avais deux, trois boutons comme on peut en avoir quand on a à peine 18 ans. Je n’ai pas vraiment contesté puisqu’elle m’a assuré que je ne la prendrais que quelques mois.
Deux ans plus tard, j’avais toujours la même pilule.

Durant mes études de journalisme, je me suis beaucoup intéressée aux problèmes sociaux et aux causes dîtes féministes. Au cours de plusieurs discussions avec mes amies mais aussi avec ma mère, nous nous sommes posées beaucoup de question quant aux nombre d’hormones que l’on ingérait avec la pilule. C’est à ce moment là, d’ailleurs, que plusieurs mouvement ont émergé pour dénoncer les problèmes liés à la prise de la pilule contraceptive. Entre les effets secondaires, les risques d’embolies pulmonaires, l’infertilité, la pollution de l’eau (oui car lorsqu’on prend la pilule, notre urine est remplie d’hormone qui est ensuite déversée dans les océans et contamine les poissons et finit par augmenter le nombre de femelle par rapport aux mâles.) etc… Il y avait beaucoup à dire sur cette contraception. Bien qu’elle soit révolutionnaire, elle vient avec beaucoup d’inconvénient. Nous avons aussi découvert, que le stérilet pouvait éventuellement convenir aux femmes jeunes et sans enfant.

J’ai donc pris rendez vous avec ma gynécologue de nouveau, en 2018, pour lui demander si c’était possible. Elle m’a répondu qu’elle était contre et qu’elle ne me le mettrait pas. Un peu choquée par cette réponse catégorique, je lui ai fais part de mon envie d’arrêter la pilule car je ne voulais plus d’hormones. Elle m’a dit que dans ce cas-là je n’avais pas beaucoup d’option.
Je ne suis plus jamais retournée la voir après cette consultation. J’ai petit à petit commencé à oublier ma pilule, jusqu’à l’arrêter définitivement fin 2017. Je ne vous parlerai pas ici, de tous ce que ça a engendré ensuite (effets secondaires…) mais j’en parle un peu ici. Si ça vous intéresse, dîtes-moi en commentaire, si vous souhaitez un article sur ma vie « après-pilule ».

En 3ème année d’études, nous avons dû réalisé un documentaire (que vous pouvez voir ici) et avec mon amie et camarade Océane, on s’est penchée sur les violences gynécologiques et obstétricales. Et là, un nouveau monde s’est ouvert à nous. Un monde brutal mais aussi, avec de nouvelles possibilités. En effet, le stérilet (en cuivre) n’est pas destiné qu’aux femmes ayant déjà eu des enfants. C’est un moyen de contraception non hormonal qui peut convenir aux jeunes femmes. Seulement, pour le savoir, il faut se renseigner ou tomber sur un médecin/gynécologue/sage femme qui sache bien vous orienter. Il y a également, ce site qui référence toutes les contraceptions qui existent (hommes et femmes, oui oui) avec leurs avantages et inconvénients : https://www.choisirsacontraception.fr  

J’y ai donc songé… seulement la pose du stérilet peut être (très) douloureuse. Me connaissant, je n’ai pas sauté le pas. Et en réfléchissant, je me suis aussi dit que je n’avais pas forcément envie de me mettre quelque chose dans le corps et de devoir porter (encore) la responsabilité de la contraception.
Aujourd’hui, ça va faire (à quelques jours près) deux ans que je suis en couple et, nous discutons encore pour trouver le moyen de contraception qui nous conviendra à tous les deux.
Dernièrement, dans une démarche d’être complètement à l’écoute de mon corps, je me suis tournée vers la sympthothermie. C’est une méthode contraceptive qui s’appuie sur notre cycle. Il faut s’observer, compter son cycle, prendre sa température etc… J’ai commencé une formation et j’espère maîtriser cette technique bientôt. Je trouve ça formidable de pouvoir connaître son corps au point de savoir/sentir quand est ce que nous sommes fertiles ou non.

Je vous ferai une update dans quelques mois et vous dirai, si je réussis ou si c’est compliqué à intégrer dans sa vie de tous les jours. Si vous avez envie d’avoir des informations sur la sympthothermie, je vous conseille de suivre le compte Instagram Equilibresse. 

N’hésitez pas à commenter ou poser des questions, je vous répondrai avec plaisir ! J’espère avoir bien fait le tour de mes péripéties contraceptives !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s